Le marché de la voiture connectée va quadrupler d'ici à 2020

Paris, le 23 septembre 2014 - Le marché de la voiture connectée va quasiment quadrupler entre 2015 et 2020, passant de 31,87 à 115,2 milliards d'euros. En 2015, les volumes atteindront 12,18 milliards d'euros pour le segment sécurité et 7,49 milliards d'euros pour le segment aide à la conduite.

Selon les prévisions de Strategy&, les deux segments devraient atteindre respectivement 47,34 et 35,66 milliards d'euros à l'horizon 2020. Ce sont là les principales conclusions de l'étude « Connected [email protected] 2014 », menée par Strategy& et PwC, en collaboration avec le Center of Automotive Management (CAM), sur l'avenir de la voiture connectée. L'étude portait essentiellement sur les voitures de tourisme.

«La tendance est très claire : tout va dans le sens d'une intensification de la mise en réseau. La voiture du futur sera en communication permanente avec son environnement, avec d'autres véhicules et avec le domicile. Une telle évolution ouvre un formidable potentiel de croissance pour les constructeurs automobiles (OEM). Les applications de sécurité et d’aide à la conduite seront les grands sujets porteurs pour les années à venir», affirment les experts de Strategy& (anciennement Booz & Company) et de PwC.

Pour la première fois, la fonction domotique a été intégrée à l'analyse, en complément des six principales catégories étudiées en 2013 : gestion de la mobilité, gestion du véhicule, divertissement, confort, aide à la conduite et sécurité. La domotique recouvre les fonctions qui permettent de mettre le véhicule en réseau avec le domicile ou le bureau de façon à construire des solutions globales (par exemple, mise en réseau avec le système d'alarme ou le chauffage central de la maison).

La mobilité en réseau concerne deux secteurs d'activité très différents. Si les constructeurs automobiles considèrent la mobilité comme leur écosystème naturel, les acteurs du numérique restent en revanche maîtres du jeu en matière de technologies informatiques embarquées. Le professeur Stefan Bratzel, du Center of Automotive Management, anticipe des évolutions intéressantes dans ce domaine : «Les constructeurs automobiles vont continuer à considérer la voiture connectée comme leur sphère d'activité naturelle et vont chercher à renforcer leur position sur les principaux points clé. Néanmoins, si une entreprise veut véritablement mettre en œuvre des concepts numériques performants, au lieu de simplement proposer des solutions isolées et peu attrayantes, elle ne pourra faire l’économie de la coopération avec les acteurs du numérique. Le mot-clé est ici « coopétition », c'est-à-dire coopération entre concurrents». Pour cet expert, dans un tel environnement les normes ouvertes prévaudront dans la mesure où les systèmes d'exploitation fermés, embarqués à bord des véhicules, ne présenteront aucun intérêt pour les entreprises du numérique.

La sécurité des données va devenir un sujet clé pour l'avenir du secteur. La digitalisation des véhicules va en effet engendrer de nouvelles vulnérabilités face aux cyber-attaques. L'étude identifie trois points faibles :

  • La connectivité peut tout d'abord servir de point d'entrée pour les pirates informatiques, les flux de données pouvant être interceptés ou manipulés.
  • Les différents périphériques connectés au véhicule (téléphones portables, tablettes, etc.) pourraient également ouvrir de sérieuses brèches au niveau de leur interface.
  • Enfin, il ne faut pas sous-estimer le risque qu’une voiture connectée puisse être utilisée comme serveur mobile pour un botnet - programmes informatiques automatisés - et que des ordinateurs en mouvement puissent s’attaquer à des serveurs commandés à distance n’importe où dans le monde. Une attaque sur une voiture connectée pourrait avoir des conséquences fatales : manipulation des freins, ouverture télécommandée des serrures, etc.

Dans un tel contexte, la sécurité des données devient une question fondamentale dans la mise au point la voiture connectée. Une prise en compte sérieuse de ces risques doit faire partie intégrante de la feuille de route R&D.

Les experts de Strategy& résument ainsi la situation : « En termes de mobilité en réseau, nous sommes sur le point de voir émerger des développements passionnants qui feront date. Tous les grands acteurs du secteur sont résolument lancés dans la course. Il s'agit de l'un des marchés les plus porteurs dans le secteur de la mobilité. Si vous levez le pied de l'accélérateur aujourd'hui, la course est perdue d'avance. »

Méthodologie de l'étude Connected [email protected]
Pour cette étude, Strategy&, le Center of Automotive Management (CAM) et PwC Autofacts ont analysé les portefeuilles produits des plus grands constructeurs et équipementiers au monde. Dans une seconde phase, l'étude s'est intéressée aux axes de recherche et développement en cours, afin de déterminer l'état d'avancement actuel du marché de la voiture connectée. Sur la base des listes de fonctions identifiées, l'attractivité des différentes propositions pour les clients finaux a été évaluée par une équipe d'experts à l'aide du modèle de Kano. Les résultats de ce travail ont ensuite été utilisés pour déterminer le potentiel commercial pour les constructeurs.


Contact presse

Timothée Lenoir
Strategy&
Téléphone: +33 1 5657 1369
contacter >

Elodie Gaillard
Strategy&
Téléphone: +33 1 5657 1042
contacter >